Voir un numéro

 

Précédent <<<<<<<<>>>>>>>> Suivant

 

Notre-Dame

 

Notre-Dame du Port à Clermont Ferrand


Vente générale : 6 janvier 1947.
Retrait de la vente : .23 aout 1947
Valeur faciale : 3 f + 2 f
Graveur : Charles Mazelin

Dessinateur : Charles Mazelin
Département concerné par ce timbre : 63
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : bleu noir
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 1.600.000
Catalogue Yvert et Tellier Timbres français : N° 773
Catalogue Maury Timbres français : N° 773
Valeur marchande timbre neuf : 2,01 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 1,19 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 2,01 €

 

NOTE : La valeur marchande est le produit des différentes cotes sur lesquelles est appliqué un coefficient réducteur de 70% (ce qui représente la valeur réelle du timbre en cas de vente)

 



Timbres présentants : Les Chateaux, ponts, cathédrales, églises, villas

 


Notre-Dame-du-Port

est une église collégiale de facture romane, qualifiée tardivement de basilique, située à Clermont-Ferrand dans le quartier du Port entre la place Delille et la cathédrale. Du Xe siècle à la Révolution, elle fut desservie par une communauté de chanoines, séculiers dès le XIIIe siècle.
Son nom viendrait de ce qu'elle a été construite dans le quartier dit du « Port », en latin portus, c'est-à-dire l'entrepôt, l'endroit où l'on apportait et stockait les marchandises. Néanmoins, le Portus n'est pas attesté dans les écrits anciens avant 1065. L'église a d'abord porté le nom de Sainte-Marie dite Principale, ainsi distinguée de l'église-mère Sainte-Marie
Fondée selon la tradition catholique au VIe siècle par l'évêque saint Avit, elle aurait été relevée par l'évêque Sigon après avoir été brûlée par les Normands, puis rebâtie aux XIe et XIIe siècles, La création du chapitre de chanoines dirigé par un doyen, plus sûrement, n'est pas antérieure au milieu du Xe siècle , c'est l'oeuvre de l'évêque Étienne II. L'église, dont le chantier se poursuit encore en 1185 et en 1240, est gravement endommagée par les forts séismes qui secouent la région en 1477 et 1490. Elle est remaniée au XIXe siècle par l'ajout du clocher et de dalles de lave en remplacement des tuiles romanes d'origine, sous la direction de l'architecte diocésain Aymon Mallay. Ces dalles ont été retirées depuis et la toiture refaite à l'identique de l'originale, en tuiles canal.
Source Wikipédia