Voir un numéro

 

Précédent <<<<<<<<>>>>>>>> Suivant

 

Soeur

 

Cachet premier jour
Oblitération 1er jour à Jallanges et Paris le 7 février 1981

Soeur Anne-Marie Javouhey (1779-1851) fondatrice de la congrégation Saint-Joseph de Cluny


Premier jour : Oblitération 1er jour à Jallanges et Paris le 7 février 1981
Vente générale : 9 février 1981
Retrait de la vente : 4 décembre 1981
Valeur faciale : 1 f 40 + 30 c
Graveur : Pierre Forget

Dessinateur : Pierre Forget

Département concerné par ce timbre : 21
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : brun clair et vert-olive
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 2.500.000
Bande phosphore : sans
Catalogue Yvert et Tellier Timbres français : N° 2150
Catalogue Maury Timbres français : N° 2155
Valeur marchande timbre neuf : 0,51 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 0,48 €

 

NOTE : La valeur marchande est le produit des différentes cotes sur lesquelles est appliqué un coefficient réducteur de 70% (ce qui représente la valeur réelle du timbre en cas de vente)

 



Timbres présentants : Les Personnages célèbres

 


Anne-Marie Javouhey

née le 10 novembre 1779 à Jallanges (Côte-d'Or) en Bourgogne, morte le 15 juillet 1851 à Paris, est la fondatrice de la congrégation des Soeurs de Saint-Joseph de Cluny.
Après avoir cherché sa voie auprès de congrégations religieuses, elle est encouragée par l'évêque d'Autun à rédiger en 1804 les règles d'une nouvelle union pieuse regroupant autour d'elle quelques jeunes filles, ainsi que ses trois soeurs, qui prononcent leurs voeux ensemble à l'église Saint-Pierre de Chalon-sur-Saône, en 1807. C'est la naissance d'une congrégation nouvelle, sous le patronage de saint Joseph, pour s'occuper d'enfants pauvres.
En 1809, elle installe au grand séminaire d'Autun des classes mixtes afin de pourvoir à l'éducation des enfants issus du milieu pauvre.
En 1812, la congrégation s'installe dans l'ancien couvent des Récollets de Cluny, la congrégation prend désormais le nom de Saint-Joseph de Cluny. La congrégation qui a pour but l'éducation va se faire remarquer à Paris pour sa qualité. C'est ainsi que les missions outre-mer vont démarrer en 1817. C'est, chronologiquement, le premier ordre de femmes missionnaires. Elle établit des fondations en France et envoie des religieuses à l'île Bourbon, au Sénégal, en Martinique , en Guinée, en Guadeloupe
En 1835, deux ans après son retour en métropole, elle recueille du gouvernement 520 Noirs, les initie à la vie moderne de l'époque et leur apprend un métier, avant de les laisser repartir. Elle prouve alors que les Noirs peuvent être libres et vivre de leur travail. En 1838 elle fait libérer 185 esclaves noirs