Voir un numéro

 

Précédent <<<<<<<<>>>>>>>> Suivant

 

Paquebot

 

Paquebot «Normandie»


Vente générale : 26 mai 1936.
Retrait de la vente : .23 septembre 1937
Valeur faciale : 1 f 50
Graveur : Albert Decaris

Dessinateur : Albert Decaris
Dentelure : Dentelé 13
Couleur : bleu clair
Mode d'impression : Taille douce
Quantite émis : 20.000.000
Catalogue Yvert et Tellier Timbres français : N° 300
Catalogue Maury Timbres français : N° 300
Valeur marchande timbre neuf : 117,00 €
Valeur marchande timbre avec charnière : 42,60 €
Valeur marchande timbre oblitéré : 12,00 €

 

NOTE : La valeur marchande est le produit des différentes cotes sur lesquelles est appliqué un coefficient réducteur de 70% (ce qui représente la valeur réelle du timbre en cas de vente)

 



Timbres présentants : Les Avions, bateaux, trains, voitures, motos, vélos

 



C'est le 20 octobre 1930 que le «projet Normandie» fait son apparition. John Dal Piaz, le président de la Compagnie Générale Transatlantique, décide la construction d'un navire encore plus impressionnant que le paquebot Ile-de-France, le fleuron du moment. Les travaux débutent en 1931. Ils sont si vastes que les chantiers de Penhoët à Saint-Nazaire sont obligés de construire une nouvelle cale pour permettre au navire d'être lancé. Les grands ports du Havre et de New-York adaptent aussi leur jetée et leur quai pour pouvoir accueillir le géant flottant. Le Normandie mesurait en effet 313 mètres de longueur sur 36 mètres de largeur. Il pouvait accueillir plus de 1000 passagers par voyage. Le navire est inauguré le 29 octobre 1932 en présence du Président Albert Lebrun et effectue son premier essai le 5 mai 1935
A plusieurs reprises, le navire remporta le «Ruban Bleu» ce qui en fit le paquebot le plus rapide du monde. Ses performances techniques, le luxe de ses aménagements et ses records de vitesse en ont fait pour toujours le modèle absolu du paquebot transatlantique. Entre 1938 et 1939, le Normandie effectue deux croisières en Amérique du Sud au départ de New-York en plus de ses traversées régulières. La carrière du navire est malheureusement écourtée par la guerre en 1939. Le 6 septembre 1939, le Normandie est désarmé sur le quai de New-York. L'armée américaine le réquisitionne en 1941 et le rebaptise La Fayette en 1942. Un premier projet de transformation en porte-avions est finalement abandonné pour une mutation du navire en transport de troupes. Alors que débutent les travaux, un incendie d'origine accidentelle se déclare le 9 février 1942. Le système de sécurité prévu pour lutter contre le feu est en panne et le paquebot sombre sous 6000 tonnes d'eau déversées par les pompes des secours faisant une victime parmi les ouvriers du chantier. Remis à flot en 1943, il est jugé irréparable puis vendu à un ferrailleur en 1946.